Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Denis Huche

Décodage du "rapport Sartorius"  pour le Gouvernement sur PSA:

Lors de son intervention télévisée du 14 juilletFrançois Hollande avait assuré qu'il refusait le plan de fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) tel qu'annoncé par la direction du groupe PSA et "L'Etat ne laissera pas faire"

François Hollande a tenu, le 12 septembre sur TF1, d'autres propos que ceux prononcés près de 2 mois plutôt « Les pouvoirs publics feront tout pour que nous puissions réduire l'ampleur des suppressions de postes » On appelle cela "manger son chapeau !"

Emmanuel Sartorius confirme ce qu'annonce PSA avec quelques bémols:

PSA aurait pu fermer l'usine de plus petite taille de Madrid en vue de préserver l'emploi en France:  construite en 1954, le constructeur français en a hérité de Simca-Chryslerusine PSA Villaverde, madridBien qu'il soit en agglomération, ce site est compétitif. Il bénéficie de coûts de production plus favorables. Le climat social y est aussi moins lourd...usine PSA Villaverde, madrid 2le projet E3 - E Cube  est lancé à l'usine PSA Villaverde-Madrid mais décalée au premier semestre 2014. A l'évidence on vise la Mini.Citroën E3 - E CubePSA pourrait changer le site de production de Villaverde-Madrid pour Aulnay mais cela entrainerait des dépenses évaluées à 250 millions d’euros et aurait retardé le lancement du véhicule de 2 ans (qui payerait la facture ?). 

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, qui est était vindicatif en Juillet déclare: "Peugeot est réellement en difficulté et a besoin d'une "restructuration" 

"J'appelle à un dialogue social exemplaire pour renégocier, reformater et réduire le plan social. Le plan de redressement devra être strictement proportionné à la situation réelle du groupe pour limiter les conséquences négatives sur l'emploi

Emmanuel Sartorius écrit aussi: "Avec le recul, la mise en oeuvre de la décision de l'assemblée générale d'avril 2011 de consacrer près de 450 millions €  à la distribution de dividendes et au rachat d'actions paraît inopportune à plusieurs titres"

Il est facile de refaire l'histoire après coup. Le rachat de ses actions est légal, il permet d'éviter un effondrement injustifié, un mouvement de panique comme les moutons de Panurge... aujourd'hui l'action PSA regagne +5.17% à 7.04 € le 14/9 ! alors que rien n'est fait, rien de décidé mais déjà la Bourse anticipe... et PSA peut revendre ses actions à bon compte et se faire une plus-value...

Emmanuel Sartorius épingle aussi la stratégie d'indépendance du groupe, farouchement défendue jusqu'à l'alliance récente avec General Motors, ou encore la lenteur de son développement hors d'Europe... 

Général Motors est planté avec Opel et lui aussi cherche des solutions, il faut apprendre à se connaitre, réunir les équipes, la barrière de langue, une autre culture (allemande, américaine), c'est un tôt pour juger...

Alors que l'histoire de PSA montre que l'entreprise s'était pourtant lancée très tôt à l'international: Afrique, Argentine, Chine... mais PSA n'avait peut être pas les moyens et surtout les hommes pour suivre à une telle distance son développement outre-mer

PSA - Peugeot Citroën se défend d'avoir privilégié ses actionnaires, avec ces dividendes, au détriment de son activité, en soulignant avoir investi «40 milliards d'euros» entre 1999 et 2011 «dont les 2/3 en France».

marchés automobile Europe 2007-2012Il est aussi vrai, là aussi avec du recul, que ce fut une erreur,  et que cet argent fait défaut aujourd'hui, mais on a vu que PSA, mal informé, anticipait une relance du marché après 2010, un marché qui s'est effondré de nouveau au 2è semestre 2011

Commenter cet article

Denis 17/09/2012 06:13


Tout le monde connaissait les conclusions à l’avance, pour quoi perdre 2 mois : 12/7 – 11/9 si ce n’est sauver ses vacances de jeunes
élus au Gouvernement et laisser retomber le pression ?


Le Syndicat Indépendant de l'Automobile (SIA) : "Les conclusions du rapport d’Emmanuel Sartorius présenté étaient
prévisibles...


Franck Don (CFTC): "Nous attendons les résultats du
rapport Secafi, un véritable expert pour
donner notre position et prendre nos responsabilités


Christian Lafaye (FO): "Il y a deux responsables: la crise et
la direction qui a commis des erreurs stratégiques, mais maintenant il faut penser au groupe...


Ricardo Madeira (CFDT): "Nous n'avons pas été surpris par le
rapport Sartorius: la situation du groupe est grave, elle est telle qu'il faut une restructuration...


Jean-Pierre Mercier (CGT): "On accueille ce
rapport sans surprise...


Tanja Sussest (SIA, majoritaire à Aulnay): "Le rapport est un écran
de fumée derrière lequel se cachent aussi bien la direction que le gouvernement. On est scandalisés de voir que la direction n'avait pas été invitée à la réunion. On peut se poser des questions
sur l'indépendance du cabinet Sartorius. Montebourg est un grand joueur de flûte: avant les congés il dit +je vais empêcher la
fermeture d'Aulnay+, un mois après il a changé du tout au tout avec un discours du genre +PSA est en difficultés, il faut les aider+


Anne Valleron (CFE-CGC): "Certaines syndicats demandent que le
plan de restructuration soit bloqué et qu'on engage un bras de fer avec la direction: nous ne sommes pas d'accord. Nous sommes pour la réindustrialisation, et ce, sans attendre...