Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Denis

la Ronde d'Automne de l'ABVA du dimanche 10 Novembre, départ KERAVEL (Erdeven) - PLOEMEL - QUIBERON - KERAVEL, avec 360 personnes, environ 180 véhicules

accueil Café / croissant , départ à 9H30

Arrêt à PLOEMEL organisé par la municipalité qui nous a offert à chacun un petit de gâterie, plutôt qu’une collation.

Arrêt à Quiberon avec "collation ABVA" : huîtres, pâté, boissons et vin blanc,dans une salle au bord de la mer

Retour à KERAVEL à 13H30

Ronde d'Automne de l'ABVA: reportage
Ronde d'Automne de l'ABVA: reportage
Ronde d'Automne de l'ABVA: reportage
Ronde d'Automne de l'ABVA: reportage

l'Assemblée Générale de l'A.B.V.A. du samedi 9 NOVEMBRE 2013

L'assemblée a rendu un hommage René Alba qui est décédé an Avril ainsi qu'à d'autres membres fidèles

le conseil d'Administration a été renouvelé d'un tiers : 7 sortants et René Alba

8 élus sur 9 candidats

Jacqueline Novack a été élue Présidente

Ronde d'Automne de l'ABVA: reportage
Ronde d'Automne de l'ABVA: reportage
Ronde d'Automne de l'ABVA: reportage
Ronde d'Automne de l'ABVA: reportage

on a eu le plaisir de revoir le Menhir Land saccagé par les tracteurs de la DDE en quelques années et on accuse les piétons qui passent depuis 6000 ans ...de pierres de plusieurs tonnes...

Lancé en 1991 , le projet est stoppé depuis 2005

une vieille histoire, même dans les années soixante-dix, lorsque M. Bonnet, maire de Carnac et ancien ministre, a déclaré: "Il est temps que les pierres sont devenus rentables".

Je n les années quatre-vingt : Les pierres sont négligés, couverts d'une végétation luxuriante. Pendant sept ans, l'Etat prend en charge de leur entretien, à l'aide de tracteurs et de désherbant pour détruire la végétation et de laisser le sol nu.

1991 : Le ministre de la Culture annonce un projet appelé «Grand Carnac" dans le but de restaurer et développer le site. Sous prétexte que le tourisme est responsable de la destruction de la végétation, le projet prévoit la fermeture totale des alignements. A également annoncé la future acquisition de terres autour des menhirs - 250 ha - pour le développement du tourisme. Dix km de clôtures en acier est construit autour des menhirs, à un coût de 6,4 millions de francs (976 000 € ou); gardes sont recrutés pour la sécurité.

Le bâtiment d'accueil "archéoscope" est construit en béton par une société privée, à proximité de la Ménec alignements, autorisée par l'État malgré cela étant illégal, car près d'un monument historique.

Une plate-forme d'observation temporaire est construit avec vue sur les alignements de Kermario, "très laid" selon le maire de Carnac, mais il signe l'autorisation, à un coût de 1,6 millions de francs (244 000 € ou).

1994 : Dépenses (aux frais du contribuable) de 100 millions de francs (15.245.000 € ou) est prévu pour dévier les routes, l'expropriation des gens, acquérir 120 ha de terres, et la construction d'un centre d'accueil massif. Notre bulletin " Le Menhir Libre " est lancé pour révéler le fond peu recommandables de cette proposition purement commercial. Suite à la pression de la population locale de la plate-forme d'observation temporaire est descendu à un coût de 64 000 € Quelques mois plus tard, un nouveau centre d'accueil., aussi provisoire, est mis en place dans un endroit plus discret.

1996 : Un intérêt enquête publique a lieu; 87% de l'opinion publique est favorable au projet. Néanmoins l'avis des inspecteurs est favorable. Menhirs Libres commence poursuites judiciaires.

1997 : La déclaration d'utilité publique est publié. Menhirs Libres prend l'affaire devant le Tribunal de Rennes, demandant qu'il soit annulé.

1998 : enquête foncière; 250 ha sont recherchés, et plus de 250 Carnac personnes touchées par l'expropriation. Le "pierres debout" rebelle et aller à Paris en Novembre; 800 personnes manifestent au ministère de la Culture. Un arbitre est nommé - PJ Mohen, directeur des musées de France. Le Tribunal rejette l'appel de Rennes par Menhirs Libres .

1999 : Le rapport est publié Mohen sur l'Internet avec une campagne de presse du ministère, en répétant le projet précédent avec quelques modifications de détail.

2000 : Menhirs Libres présente une pétition de 17 300 signatures au Parlement européen à Bruxelles.

2002 : Une occupation pacifique de 41 jours de l'ancien site de visionnement, demander à l'État de retourner son projet gigantesque à la planche à dessin (2300 mètres carrés de travaux de construction, les frais de stationnement, commerces, l'expropriation de la propriété)

L'Association Menhirs Libres gagne son procès devant le Tribunal de Nantes. La déclaration d'utilité publique est annulée car il viole la loi littoral - les menhirs sont à moins de 2 km de la mer - et le code de l'urbanisme. Le ministre de la Culture visite le site et dit qu'il veut voir un projet avec une légère touche qui a du respect pour l'environnement et pour les populations locales.

2003 : Le archéoscope cesse d'être une entreprise privée et devient le Centre d'Accueil pour le ministère de la Culture.

2004 : Merci pour les actions menées par l'Association Menhirs Libres , expropriés par l'État à se remettre de leurs biens.

2005 : L'État crée une nouvelle organisation: GIPC (l'intérêt public et le groupe culturel) dont la mission est de préparer un nouveau projet.

Aujourd'hui: Les nouveaux plans sont en préparation dans les arrière-salles du gouvernement, dans le silence. Aucune information ne nous est parvenue. Pourquoi? L'opinion publique sera mis en colère s'ils persistent dans l'idée de vouloir tirer un bénéfice de l'héritage de nos ancêtres ..

Commenter cet article